Pages

Bienvenue au Blog du Chalet - Espace des étudiants en médecine -
News Algerie-Chalet: Juillet: Changement de la date du week-end en Algérie du Jeudi-Vendredi au Vendredi-Samedi prévu à partir du 14 août prochain. (18 Mai): Les programmes des contrôles vient d’être établie pour la 4eme année de la faculté de médecine de Constantine, qui va faire : un control de Neuro le 18 juin, un contrôle de Pneumo le 28 juin, et un contrôle d’Infectieux le 4 juillet. | La grève des hospitalo-universitaires s'est soldée ce 16 mai officiellement après un accord avec le 1er ministre Ahmed Ouyahia. le déroulement des contrôles est en cours d'études mais en aucun cas l'année ne sera prolongée comme annoncée ces derniers jours. (Debut Mai): Des rumeurs circulent que la grève des facultés de médecine en Algérie qui dure depuis avril, et qui consiste à ne pas faire les contrôles et les examens va être terminée le 17 mai 2009 prochain. (Avril): La grève sur les contrôles continue jusqu'au 13 Mai 2009 avant qu'ils ne prennent une nouvelle décision. (Mars): C'est le début des vacances du printemps et exactement le 21 mars. On dirait que tout est bien calculé. A noter une grève ambigüe le 21-22-23 mars aux hôpitaux qui risque de se renouveler chaque 3 premiers jours des semaines prochaines et qui concernera que les examens et non pas les études. (Fevrier): Tout à l'air de bien marcher, surtout apres avoir passé plusieurs examens et l'annualtion de la greve presumée.(Decembre): Apres les vancances du Aid Al-Adha qui ont pris une semaine, voilà une greve des medecins universitaires qui va prolonger l'incativité d'une autre semaine, jusqu'aux vacances d'hivers! (Novembre): Lors du dernier concours de résidanat et les examens des autres années, la direction a utilisé un appareil de brouillage du champ des téléphones portables.
Medecine News: (Octobre 2011): L'Afssaps révise la balance risque-bénéfice des médicaments de la famille du métoclopramide; Désormais: L'usage du Primpéran est déconseillé chez les moins de 18 ans. (Octobre 2010): Google surveille la progression de la « grippe A » par la mesure de la tendance des recherches effectuer sur son moteur de recherche ; selon Google, plus les gens sont malades, plus ils cherchent à s'informer sur le WEB, et ce, en utilisant des mots-clés bien spécifiques, le résultat de surveillance de la grippe chez Google est disponible sur cette adresse: http://www.google.org/flutrends/intl/fr/. (25 juin 2009): L’Agence européenne du médicament (EMEA), a décidé que L’opiacé dextropropoxyphène (DXP), retrouvé dans le médicament Di-Antalvic ® en association avec le paracétamol pour le traitement symptomatique des affections douloureuses d'intensité modérée à intense, sera bientôt interdit et progressivement retiré du marché européen! Et pour cause sa haute toxicité. En effet la dose thérapeutique est très proche de la dose toxique ce qui a engendré beaucoup d’accidents mortels et de suicides. (11 juin 2009): L’OMS déclare la grippe A(H1N1) ou anciennement "grippe porcine" comme une pandémie! c'est le niveau 6 maximal. (Avril): l'OMS déclare l'urgence devant la multiplication des cas de grippe procine au Mexique qui a était ravagé: 20 personnes sont déjà mortes et prés de 1000 personnes sont sous la surveillance. Plusieurs cas suspects se multiplient aussi au canada, aux USA, et en Europe qui ont d'ailleurs déclaré l'alerte. La grippe porcine est une infection virale hautement contagieuse des porcs due à un orthomyxovirus: Le virus influenza porcin (SIV), avec le type : A et souvent le sous-type H1N1 ou H3N2. Les virus de la grippe humaine et celui du porc ont une origine commune, et des échanges entre les deux espèces s’effectuent régulièrement. La directrice générale de l'OMS dit que: "le virus a un potentiel pandémique! et la situation est imprévisible!". La nouvelle mutation donne au virus de la grippe porcine le pouvoir virulent homme-homme. Un éventuelle vaccin est possible dans les prochains jours.

Les articles qui figurent dans ce blog son écris par moi-même. «Copier-Coller» le contenu de ce blog sur autres sites internet sans mon consentement est un vol! dimanche 2 janvier 2000

Cours Hematologie LES PURPURAS

Liens sponsorisés

LES PURPURAS

I-DEFINITION : Les purpuras sont caractérisés par des lésions hémorragiques siégeant sur le revêtement cutanéo-muqueux, d'apparition essentiellement spontanée et ne s'effaçant par à la vitro-pression.

3 éventualités peuvent entraîner des purpuras, ce sont 
-Les fibrinolyses aiguës ou chroniques. 
-Les surdosages en antivitamine K. 
-Le déficit en facteur VIII dans le cadre de la maladie de Willebrand. 

II-CARACTERES : Les purpuras sont faciles à reconnaître mais leur aspect diffère selon la profondeur, la diffusion et le siège de l'hémorragie. ™ Les pétéchies: Sont des extravasations sanguines dans la partie supérieure du derme. Ce sont de petites taches

rouges, punctiformes et arrondies, ne s'effaçant par à la traction de la peau ou à la vitro-pression. ™ Les vibices: Sont des stries hémorragiques linéaires siégeant au niveau des plis de flexion. ™ Les ecchymoses: Sont des hémorragies dans le tissu lâche sous-dermique. Ce sont des taches plus larges, en nappe,

aux contours irréguliers et imprécis, de teinte rouge +/- foncé.

III-SIEGE : Le siège des purpuras est le plus souvent cutané, se localisant habituellement sur le thorax, les membres, la région cervicale et plus rarement sur la face.

Ils peuvent également apparaître sur les muqueuses. Les éléments purpuriques prennent alors volontiers, surtout au niveau de la cavité bucco-pharyngée, l'aspect de bulles hémorragiques. Ils peuvent s'accompagner d'épistaxis, gingivorragies, ménométrorragies ou plus rarement d'hémorragies digestives.

Certains purpuras peuvent se révéler ou se compliquer d'hémorragies diverses(viscérales, cérébro-méningées, oculaires ou urinaires, parfois hémorragies de section.) Ces hémorragies de section confèrent au tableau clinique une certaine gravité immédiate

IV-DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL :

Il faut éliminer 
Les érythèmes, taches congestives s'effaçant à la vitro-pression. 
Les piqûres d'insectes ou de parasites. 
Les angiomes et les télangiectasies isolées. 

On peut aussi discuter 
9 Les pétéchies et les ecchymoses provoquées, où l'origine traumatique est souvent facilement reconnue.
9 Les hémorragies des troubles de la coagulation, où les déficits plasmatiques ne s'accompagnent jamais d'éruption 

pétéchiale.

V-CONTEXTE CLINIQUE : Ce contexte dans lequel se situe le syndrome purpurique est capital:

• M anifestationspurpuriquesaiguësD Posent un problème d'urgence.

-
L'interrogatoire visera à préciser la profession (intoxication benzylique) la prise médicamenteuse (Aspirine et somnifères), la notion de transfusion récente, l'existence d'une affection générale antérieure, le contexte épidémiologique et les infections récentes.

-
L'examen clinique soulignera l'importance du mouvement fébrile et la présence de signes infectieux, l'état des 
organes hématopoïétiques (rate et ganglions) dont la tuméfaction ne manquera pas d'évoquer un syndrome leucémique. 

• M anifestationspurpuriqueschroniquesD Posent des problèmes étiologiques difficiles que la clinique seule ne pourra résoudre.

VI-DIAGNOSTIC PARACLINIQUE : Devant un syndrome purpurique, un bilan systématique est indispensable. Il comprend

A. Tempsdesaignement.

B. Tauxde plaquettes.

C. Signedu lacetou de laventouse.

Seuls les résultats de ces 3 examens permettent d'ébaucher sur une 1ere voie diagnostic: 
D TS normal, taux de plaquettes normal et fragilité capillaire normale ou perturbée DPurpuras non-plaquettaires. 
TS anormal, taux de plaquettes abaissé et fragilité capillaire normale ou perturbée D Purpuras plaquettaires. 

LES PU RPU RAS PLAQ U ETTAIRES

Ces purpuras sont dus à

™ Une anomalie quantitative des plaquettes: Soit à une diminution du nombre des plaquettes, c'est la thrombopénie (la plus fréquente.) Soit à une augmentation du nombre des plaquettes, c'est la thrombocytémie.

™ Une anomalie qualitative des plaquettes, ce sont les thrombopathies.

LES PURPURAS THROMBOPÉNIQUES

Laclinique confirme souvent le diagnostic en révélant des pétéchies et des ecchymoses spontanées, disséminées, ne respectant aucun point du corps et souvent associées à des hémorragies muqueuses (épistaxis, gingivorragies, ménorragies.)

L'étude hématologique repose sur 
Tauxde plaquettes: Révèle une diminution inf à 60.000/mm3. Elle doit être complétée par un control par frottis 

colorés pour voir leur aspect et leur agrégation. D Tem psdecoagulation: Normal car il suffit de très peu de facteur III plaquettaire pour donner un résultat normal. DTauxde fibrinogène (facteur I): Normal. D Tempsde Quick: Normal. DFragilitécapillaire: Augmentée. D Tempsdesaignement: Très allongé (sup à 5mn.) DLecaillot est non-rétractile. Cependant, lorsqu'il y a anémie associée, la rétraction peut être normale car le nombre de

GR est peu important. 
Tempsdeconsommation de la prothrombine (facteur II) "TCP": Raccourci. 
Thromboélastogram me "TEG": Toutes les constantes sont perturbées. (r et k allongés, amx diminué.) 

Le diagnostic étiologique distingue les thrombopénies idiopathiques et les secondaires ou symptomatiques.

LE PURPURA THROMBOPÉNIQUE IDIOPATHIQUE I-DEFINITION Le purpura thrombopénique idiopathique est une thrombopénie périphérique due à des auto-anticorps anti-plaquettes. Il peut être aigu ou chronique.

II-DIAGNOSTIC CLINIQUE : ™ Syndromehémorragiqueavec

  1. Pétéchies. 2. Ecchymoses. 3. Vibices.

  2. Epistaxis. 5. Gingivorragies.

  3. Méno-métrorragie chez la femme.

  4. Hémorragies viscérales (rétiniennes, conjonctivales, digestives et cérébrales, ces dernières sont exceptionnelles mais graves.)

  5. Pas d'adénopathies ni de splénomégalie.

III-DIAGNOSTIC PARACLINIQUE :

A. H émogramme: Révèle une thrombopénie isolée, sans autres anomalies.

B. Frottissanguin: Confirme la rareté des plaquettes.

C. Myélogram m e: Révèle une moelle riche et normalement équilibrée. Les mégacaryocytes sont présents et nombreux.

D. SérologieVIH ethépatiteC: Négative.

E. TPetTCA: Normaux.

F. VS: Normale.

G. Dosagedesanticorps: révèle l'absence d'anticorps antinucléaires.

IV-DIAGNOSTIC ETIOLOGIQUE : L'enquête étiologique est négative. Il n'existe pas de médicaments susceptibles d'induire une thrombopénie immunoallergique.

V-TRAITEMENT : ¾ Corticothérapie de type Prédnisone à 1 mg/kg/jr pendant 3 à 4 semaines puis diminution des doses, associée à un

adjuvant de la corticothérapie.
¾ Immunoglobulines à forte dose, soit 0.4 g/kg/jr pendant 5 jours. 
¾ Splénectomie en cas de purpuras thrombopénique idiopathique évoluant depuis plus de 6 mois et résistant aux 

corticoïdes. Complété par une vaccination anti-pneumococcique. ¾ Si échec, immunosuppresseurs de type Cyclophosphamide (Endoxan*) à raison de 100 ou 150mg/jr per os pendant plusieurs semaines ou en bolus d'Azathioprine (Imurel*) ¾ En cas de purpuras survenant pendant une grossesse, il peut disparaître après l'accouchement. Sinon, corticothérapie

dans les 2 ou 3 semaines précédant l'accouchement. 
¾ Si l'enfant naît thrombopénique, injection de gammaglobulines. 
¾ En cas de thrombopénie réfractaire chronique, Danazol. 

LES PURPURAS SECONDAIRES

LES THROMBOPENIES SECONDAIRES AMEGACARYOCYTAIRES: C'est un défaut de production des plaquettes. Le myélogramme confirme souvent le diagnostic. L'étiologie peut être:

-Une leucose aiguë. 
-Une aplasie médullaire. 
-Des métastases médullaires de cancer. 
-La fibrose médullaire ou ostéo-myélofibrose. 

LES THROMBOPENIES SECONDAIRES MEGACARYOCYTAIRES:

™ Secondaires à une allergie: A 
-La prise de Quinine, de Quinidine, de Dicolix, etc. 
-La présence d'auto-anticorps (LED.) 
-La présence d'iso-anticorps pouvant être décelée chez le nouveau-né après immunisation de la mère contre les 

plaquettes de son fœtus ou après transfusions multiples rendant la transfusion de plaquettes inutile car aussitôt détruites. ™ Secondaires à une splénomégalie. ™Secondaire à une hyperconsommation (CIVD.)

PRONOSTIC – EVOLUTION : 
Dépendent de la cause du purpura. Le traitement doit s'efforcer d'être le plus possible étiologique. 

LES PURPURAS THROMBOCYTÉMIQUES

Ils sont caractérisés par une augmentation des plaquettes au-delà de 500.000/mm3
Ils peuvent être secondaires à une splénomégalie mais le plus souvent, ils sont liés à des syndromes myéloprolifératifs. 
La clinique retrouve des ecchymoses avec épistaxis. 
L'étude hématologique retrouve 

Tem psdesaignem ent allongé. 
Caillotnon-rétractile. 
D Absence d'adhésivité aux billes de verre.

LES PU RPU RAS VASCU LAIRES

I-DEFINITION : Ce sont des affections caractérisées par des hémorragies de siège cutané, le plus souvent produites par une anomalie de la paroi vasculaire. Il n'y a en général aucun trouble de la coagulation.

II-VARIÉTÉS :

LE PURPURA RHUMATOÏDE DE SCHOEL – EIN – HENOCH: S'observe surtout chez l'enfant. Le purpura siége surtout sur les membres inférieurs, mais aussi sur le tronc et les avant-bras. Il n'a pas de siège thoracique.

Il est généralement symétrique et sensible à l'Aorthostatine. Il s'associe à des douleurs articulaires et abdominales ainsi qu'à

des signes rénaux de type glomérulonéphrite. Le bilan d'hémostase ne montre parfois qu'un signe de la ventouse (+) Tous les autres tests sont normaux. La VS est augmentée. Le taux de fibrinogène est augmenté.

LE PURPURA HYPERGLOBULINIQUE DE WALDENSTROM: C'est une variété de purpura rhumatoïde qui s'observe chez l'adulte. Il est chronique et s'accompagne d'une augmentation importante des globulines.

LE PURPURA DES MALADIES INFECTIEUSES
Se voit au-cours de la maladie d'Osler, des septicémies à méningocoque, de la diphtérie et de la typhoïde. 
Une forme particulière est le purpura fulminans de Hénoch qui se voit chez l'enfant au-cous des septicémies à 

méningocoque. Il existe des hémorragies cutanées et viscérales associées à une insuffisance surrénalienne aiguë. LE PURPURA DES ATTEINTES DÉGÉNÉRATIVES DE LA PAROI VASCULAIRE: On distingue le purpura sénile de Batman chez le vieillard, au niveau de la main, il est dû à la rupture facile des petits vaisseaux mal-protégés par un tissu conjonctif atrophié. Le purpura du diabète, du scorbut et des cirrhoses.

CONCLUSION :

Les purpuras sontdecauses diverses.Les exam ensau laboratoireconstituent l'élém entle plus im portantde leur
diagnosticetde leurclassification.
Leurpronosticetleurtraitem entsontévidem m entliésà leurcause.Pourlespurpuras throm bopéniques,les
transfusionsdesang frais,la corticothérapieetla splénectom iesontlesmoyens thérapeutiqueshabituellem ent
utilisés.

0 comments :

Laisser un commentaire

Vous aimez, vous n'aimez pas ! Votre avis? Un point de vu? Une correction ou un ajout. Une contribution ou une proposition.. Vous êtes les bienvenus à vous exprimer librement. Vous avez à votre portée des simleys ;) Pour revenir à la page principale: cliquez ici: http://mehdi-mehdy.blogspot.com

Blog Du Chalet ;-) Headlines !

Blog Du Chalet & Des Chalistes ;-)

Derniers Commentaires