Pages

Bienvenue au Blog du Chalet - Espace des étudiants en médecine -
News Algerie-Chalet: Juillet: Changement de la date du week-end en Algérie du Jeudi-Vendredi au Vendredi-Samedi prévu à partir du 14 août prochain. (18 Mai): Les programmes des contrôles vient d’être établie pour la 4eme année de la faculté de médecine de Constantine, qui va faire : un control de Neuro le 18 juin, un contrôle de Pneumo le 28 juin, et un contrôle d’Infectieux le 4 juillet. | La grève des hospitalo-universitaires s'est soldée ce 16 mai officiellement après un accord avec le 1er ministre Ahmed Ouyahia. le déroulement des contrôles est en cours d'études mais en aucun cas l'année ne sera prolongée comme annoncée ces derniers jours. (Debut Mai): Des rumeurs circulent que la grève des facultés de médecine en Algérie qui dure depuis avril, et qui consiste à ne pas faire les contrôles et les examens va être terminée le 17 mai 2009 prochain. (Avril): La grève sur les contrôles continue jusqu'au 13 Mai 2009 avant qu'ils ne prennent une nouvelle décision. (Mars): C'est le début des vacances du printemps et exactement le 21 mars. On dirait que tout est bien calculé. A noter une grève ambigüe le 21-22-23 mars aux hôpitaux qui risque de se renouveler chaque 3 premiers jours des semaines prochaines et qui concernera que les examens et non pas les études. (Fevrier): Tout à l'air de bien marcher, surtout apres avoir passé plusieurs examens et l'annualtion de la greve presumée.(Decembre): Apres les vancances du Aid Al-Adha qui ont pris une semaine, voilà une greve des medecins universitaires qui va prolonger l'incativité d'une autre semaine, jusqu'aux vacances d'hivers! (Novembre): Lors du dernier concours de résidanat et les examens des autres années, la direction a utilisé un appareil de brouillage du champ des téléphones portables.
Medecine News: (Octobre 2011): L'Afssaps révise la balance risque-bénéfice des médicaments de la famille du métoclopramide; Désormais: L'usage du Primpéran est déconseillé chez les moins de 18 ans. (Octobre 2010): Google surveille la progression de la « grippe A » par la mesure de la tendance des recherches effectuer sur son moteur de recherche ; selon Google, plus les gens sont malades, plus ils cherchent à s'informer sur le WEB, et ce, en utilisant des mots-clés bien spécifiques, le résultat de surveillance de la grippe chez Google est disponible sur cette adresse: http://www.google.org/flutrends/intl/fr/. (25 juin 2009): L’Agence européenne du médicament (EMEA), a décidé que L’opiacé dextropropoxyphène (DXP), retrouvé dans le médicament Di-Antalvic ® en association avec le paracétamol pour le traitement symptomatique des affections douloureuses d'intensité modérée à intense, sera bientôt interdit et progressivement retiré du marché européen! Et pour cause sa haute toxicité. En effet la dose thérapeutique est très proche de la dose toxique ce qui a engendré beaucoup d’accidents mortels et de suicides. (11 juin 2009): L’OMS déclare la grippe A(H1N1) ou anciennement "grippe porcine" comme une pandémie! c'est le niveau 6 maximal. (Avril): l'OMS déclare l'urgence devant la multiplication des cas de grippe procine au Mexique qui a était ravagé: 20 personnes sont déjà mortes et prés de 1000 personnes sont sous la surveillance. Plusieurs cas suspects se multiplient aussi au canada, aux USA, et en Europe qui ont d'ailleurs déclaré l'alerte. La grippe porcine est une infection virale hautement contagieuse des porcs due à un orthomyxovirus: Le virus influenza porcin (SIV), avec le type : A et souvent le sous-type H1N1 ou H3N2. Les virus de la grippe humaine et celui du porc ont une origine commune, et des échanges entre les deux espèces s’effectuent régulièrement. La directrice générale de l'OMS dit que: "le virus a un potentiel pandémique! et la situation est imprévisible!". La nouvelle mutation donne au virus de la grippe porcine le pouvoir virulent homme-homme. Un éventuelle vaccin est possible dans les prochains jours.

Les articles qui figurent dans ce blog son écris par moi-même. «Copier-Coller» le contenu de ce blog sur autres sites internet sans mon consentement est un vol! vendredi 7 janvier 2000

INSUFFISANCE RENALE CHRONIQUE IRC

Liens sponsorisés

L'INSUFFISANCE RÉNALE CHRONIQUE

I-DÉFINITION :

L'insuffisance rénale chronique "IRC" est l'ensemble de signes cliniques, biologiques et radiologiques traduisant la destruction progressive de plus de 70% du capital néphronique, en rapport avec l'accumulation d'une part de produits toxiques (urée, créatinine, acide urique, produits acides tel les ions H+ et l'acide lactique) et d'autre part avec la perturbation des mécanismes régulateurs du milieu intérieur (équilibre hydro-électrolytique et acido-basique, fonction endocrine du rein.)

L'expression de l'IRC est polymorphe et est fonction du déficit de la filtration glomérulaire.

II-DIAGNOSTIC CLINIQUE :

n Signes généraux, de type
1-Altération de l'état général. 2-Asthénie avec fatigabilité.
3-Amaigrissement.
4-Troubles du comportement (apathie, torpeur physique et intellectuelle, somnolence, agitation avec délire, coma.)

o Signes cutanés, de type
1-Anomalie du teint, d'abord pâle, puis terreux (par hyperpigmentation.)
2-Syndrome hémorragique avec purpura et ecchymoses.
3-Peau sèche (par dépôts sous-cutané givré d'urée.)
4-Prurit avec lésions de grattage (par dépôts d'urée et de phosphate de Ca.)
5-Œdèmes, parfois généralisés (par rétention hydro-sodée), ou déshydratation.

p Signes hématologiques, de type
1-Anémie d'abord normochrome normocytaire arégénérative, puis hypochrome microcytaire (par hémorragies.)
2-Troubles de l'hémostase avec tendance hémorragique (par allongement du temps de saignement.)
3-Thrombopathies.

q Signes pleuro-pulmonaires, de type
1-Respiration de Kussmaul (par acidose.) 2-OAP avec orthopnée, toux et expectoration.
3-Epanchement pleural. 4-Pneumopathies interstitielles.

r Signes cardiovasculaires, de type
1-HTA (cause ou conséquence.) 2-HVG (cause ou conséquence.)
3-Péricardite à un stade avancé, avec douleurs rétro-sternales, frottement péricardique et des signes d'état de choc

avec hypotension sévère, voir tamponnade. 4-Troubles du rythme (par hyperkaliémie) à type d'onde T ischémique (stade 1), PR allongé et QRS élargi (S 2) et absence d'onde T avec fibrillation ventriculaire (S 3.)

s Signes digestifs, de type
1-Nausées et vomissements. 2-Troubles du transit (diarrhées ou constipation.)
3-Ulcère gastro-duodénal (par hyperacidité gastrique et stress.)
4-Parfois hémorragies digestives ou 5-Duodénite.

t Signes musculaires, de type
1-Crampes et myoclonie (par hypocalcémie avant la dialyse puis par hyponatrémie après.)

u Signes neurologiques, de type 1-Troubles de la conscience. 2-Convulsions. 3-AVC. 4-Polynévrite avec paresthésie surtout des membres inférieurs. 5-Encéphalopathie urémique (par hémorragies cérébrale, hémodilution, hypoxie, acidose et hypocalcémie.)

v Signes osseux, de type
1-Douleurs osseuses diffuses. 2-Déformations osseuses.
3-Parfois fractures. 4-Ostéodystrophie rénale à un stade avancé.

w Autres signes, de type
1-Troubles sexuels de type impuissance et infertilité chez l'♂ et aménorrhée et infertilité chez la ♀.
2-Troubles endocriniens avec T3 et T4 variables, souvent hypothyroïdie.

III-DIAGNOSTIC PARACLINIQUE : A-BIOLOGIE: ™ Sanguine:

  1. FNS: Révèle
    1-Une anémie normochrome normocytaire puis hypochrome microcytaire (par spoliation sanguine.)
    2-Hyperleucocytose si infection. 3-Hyperplaquettose et parfois thrombopathies.

  2. Bilan azoté sanguin: Révèle une rétention azoté (urée, créatinine, acide urique.)

  3. Ionogramme sanguin: Révèle 1-Une natrémie variable, souvent basse. 2-Une chlorémie normale ou basse si atteinte glomérulaire, et élevée si atteinte tubulaire. 3-Une hyperkaliémie, se voit à un stade avancé, c'est une urgence médicale. 4-Hypocalcémie (par défaut de réabsorption, déficit en vitamine D.)5-Hyperphosphorémie (par défaut d'élimination.) 6-Réserves alcalines basses avec acidose métabolique et PH sanguin < size="+1">(par défaut de réabsorption, de synthèse tubulaire.)

™ Urinaire:

  1. Diurèse: Longtemps conservée, puis oligurie voir anurie à un stade avancé.

  2. Etude des urines: Révèle 
    1-Des urines claires (par défaut de concentration), jaune-paille.
    2-Une densité urinaire < size="+1">3-Une osmolarité urinaire <>

  3. Bilan azoté urinaire: Révèle un taux d'urée et de créatinine bas.

  4. Ionogramme urinaire: Révèle une natriurèse > 50 mEq/24hrs avec un rapport Na/K > 1.

5. Clairance de la créatinine et formule de Kockroft – Gault: Permettent de préciser le degré d'IR, la 1e étant calculé en

cas de diurèse conservée et la 2e en cas d'oligurie. CCr = (U x V)/ P (CCr: clairance de la créatinine, U: créatinine urinaire, P: créatinine plasmatique, V: diurèse.) CCr = [140 – Age (année)] / [P (µmol/l) x K] (P(µmol/l): créatinine plasmatique = 8.85 x P (mg/l), K = 1 pour l'♂ et 0.32 pour la ♀)

CCr normale est de 120 ± 20 ml/mn et définit 5 degrés d'IRC

IRC débutanteIRC modéréeIRC sévèreIRC évoluéeIRC terminale
Clairance Cr60 à 100 ml/mn30 à 60 ml/mn15 à 30 ml/mn10 à 15 ml/mn<>

B-IMAGERIE:

1. ASP: Précise

  1. Le degré d'hypotrophie rénale. 2. Les lithiases.

  2. Echographie abdomino-pelvienne: Examen spécifique qui tranche entre IRA et IRC en révélant

  1. L'hypotrophie rénale. 2. Les lithiases.

  2. L'état des voies excrétrices.

  1. UIV: Contre-indication absolue. 4. Ponction – biopsie rénale: Sans intérêt.

  2. Biopsie osseuse: Révèle les lésions d'ostéodystrophie.

IV-DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE : n LES GLOMÉRULOPATHIES: Causes principales d'IRC, pouvant être

Primitives:

1. GN avec lésions glomérulaires minimes.

2. GN prolifératives mésangiales (maladie de Berger, purpura rhumatoïde, LED.)

3. GN prolifératives diffuses (extra et endo-capillaire.) 4. GN segmentaires focales.

Secondaires:

  1. GNA post-streptococcique2. GNA post-infectieuse (hépatite B, paludisme, fièvre typhoïde.)

  2. GN lupique4. Néphropathie diabétique.

LES NÉPHROPATHIES INTERSTITIELLES CHRONIQUES ou PNC: Secondaire à une malformation des voies excrétrices, un
adénome de la prostate, une cause toxique ou métabolique.
LES NÉPHROPATHIES VASCULAIRES:

1. HTA (néphro-angiosclérose hypertensive.) 2. Polyangéite nécrosante "PAN".
AUTRES:

1. Syndrome de Fanconi (tubulopathie héréditaire ou secondaire se traduisant par une glycosurie sans diabète avec phosphaturie, amino-acidurie et bicarbiturie.)

  1. Syndrome d'Alport3. Polykystose rénale.

  2. Cystinose5. Oxalose.

V-DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL : 1-L'IRA: Caractérisée par

-Une fonction rénale normale dans un présent récent.

-Absence d'anémie, d'hypocalcémie et d'hyperphosphorémie.

-Un rein de taille normale ou hypertrophié si obstacle à l'échographie.

VI-TRAITEMENT : A-Traitement symptomatique:

Diététique: 1-Régime strict sans sel en cas d'HTA ou d'œdème. 2-Ration hydrique en fonction de la sensation de soif et de la diurèse. La restriction hydrique est indiquée au stade terminal

d'IRC. Volume (cc) = 500 + diurèse. 3-Ration calorique ne dépasse pas 2.35 Cal/kg/jr 4-Ration protidique de 0.8 à 1 g/kg/jr 5-Apport potassique normal. La restriction se fait à un stade avancé avec proscription des fruits secs et frais et du chocolat,

utilisation de résines échangeuses d'ions (Kayexalate) Et à un stade plus avancé par l'épuration extra-rénale.
6-Apport alcalin vise à maintenir le taux de bicarbonate entre 20 et 24 mEq/l par la préconisation d'eau minérale alcaline.

o Traitement de l'œdème par les diurétiques de l'anse, type Furosémide avec un RSSS, voir dialyse.
p Traitement de l'HTA par les Antihypertenseurs, la posologie étant fonction du stade de l'IRC.
q Traitement de la péricardite par des séances de dialyse répétées et rapprochées sans Héparine, voir ponction (chirurgie.)
Traitement de l'anémie par une transfusion sanguine, ou mieux Erythropoïétine humaine recombinante.
Traitement de l'ostéodystrophie par

1-Substitution de Ca par du carbonate de Ca, 1 à 3 g/jr
2-Régime pauvre en phosphore avec agents complexants le phosphore.
3-Substitution de la vitamine D.

B-Traitement de suppléance: n Epuration extra-rénale, indiquée lorsque la clairance de la créatinine <>

1-L'hémodialyse: Nécessitant un abord veineux (fistule artério-veineuse.)
2-La dialyse péritonéale: Nécessitant un cathéter de Tenkhoff, elle peut être intra-péritonéale continue et ambulatoire,
intermittente ou continue cyclique.
Indications de la dialyse péritonéale:

  • Chez le patient jeune. • Chez le diabétique. • Chez l'athéromateux.

  • Selon l'état de l'abdomen. • Selon le capital veineux. • Selon les motivations du patient.

  • En attendant une greffe rénale.

C-Traitement radicalGreffe rénale, solution radicale, le rein étant prélevé sur un donneur vivant apparenté, non-apparenté ou sur cadavre.

Contre-indications:

  1. Age > 60 ans. 2. Néoplasies évolutives.

  2. Cardiopathies sévères (coarctation de l'aorte, prothèse valvulaire.) 4. Terrain athéromateux sévère.

0 comments :

Laisser un commentaire

Vous aimez, vous n'aimez pas ! Votre avis? Un point de vu? Une correction ou un ajout. Une contribution ou une proposition.. Vous êtes les bienvenus à vous exprimer librement. Vous avez à votre portée des simleys ;) Pour revenir à la page principale: cliquez ici: http://mehdi-mehdy.blogspot.com

Blog Du Chalet ;-) Headlines !

Blog Du Chalet & Des Chalistes ;-)

Derniers Commentaires