Pages

Bienvenue au Blog du Chalet - Espace des étudiants en médecine -
News Algerie-Chalet: Juillet: Changement de la date du week-end en Algérie du Jeudi-Vendredi au Vendredi-Samedi prévu à partir du 14 août prochain. (18 Mai): Les programmes des contrôles vient d’être établie pour la 4eme année de la faculté de médecine de Constantine, qui va faire : un control de Neuro le 18 juin, un contrôle de Pneumo le 28 juin, et un contrôle d’Infectieux le 4 juillet. | La grève des hospitalo-universitaires s'est soldée ce 16 mai officiellement après un accord avec le 1er ministre Ahmed Ouyahia. le déroulement des contrôles est en cours d'études mais en aucun cas l'année ne sera prolongée comme annoncée ces derniers jours. (Debut Mai): Des rumeurs circulent que la grève des facultés de médecine en Algérie qui dure depuis avril, et qui consiste à ne pas faire les contrôles et les examens va être terminée le 17 mai 2009 prochain. (Avril): La grève sur les contrôles continue jusqu'au 13 Mai 2009 avant qu'ils ne prennent une nouvelle décision. (Mars): C'est le début des vacances du printemps et exactement le 21 mars. On dirait que tout est bien calculé. A noter une grève ambigüe le 21-22-23 mars aux hôpitaux qui risque de se renouveler chaque 3 premiers jours des semaines prochaines et qui concernera que les examens et non pas les études. (Fevrier): Tout à l'air de bien marcher, surtout apres avoir passé plusieurs examens et l'annualtion de la greve presumée.(Decembre): Apres les vancances du Aid Al-Adha qui ont pris une semaine, voilà une greve des medecins universitaires qui va prolonger l'incativité d'une autre semaine, jusqu'aux vacances d'hivers! (Novembre): Lors du dernier concours de résidanat et les examens des autres années, la direction a utilisé un appareil de brouillage du champ des téléphones portables.
Medecine News: (Octobre 2011): L'Afssaps révise la balance risque-bénéfice des médicaments de la famille du métoclopramide; Désormais: L'usage du Primpéran est déconseillé chez les moins de 18 ans. (Octobre 2010): Google surveille la progression de la « grippe A » par la mesure de la tendance des recherches effectuer sur son moteur de recherche ; selon Google, plus les gens sont malades, plus ils cherchent à s'informer sur le WEB, et ce, en utilisant des mots-clés bien spécifiques, le résultat de surveillance de la grippe chez Google est disponible sur cette adresse: http://www.google.org/flutrends/intl/fr/. (25 juin 2009): L’Agence européenne du médicament (EMEA), a décidé que L’opiacé dextropropoxyphène (DXP), retrouvé dans le médicament Di-Antalvic ® en association avec le paracétamol pour le traitement symptomatique des affections douloureuses d'intensité modérée à intense, sera bientôt interdit et progressivement retiré du marché européen! Et pour cause sa haute toxicité. En effet la dose thérapeutique est très proche de la dose toxique ce qui a engendré beaucoup d’accidents mortels et de suicides. (11 juin 2009): L’OMS déclare la grippe A(H1N1) ou anciennement "grippe porcine" comme une pandémie! c'est le niveau 6 maximal. (Avril): l'OMS déclare l'urgence devant la multiplication des cas de grippe procine au Mexique qui a était ravagé: 20 personnes sont déjà mortes et prés de 1000 personnes sont sous la surveillance. Plusieurs cas suspects se multiplient aussi au canada, aux USA, et en Europe qui ont d'ailleurs déclaré l'alerte. La grippe porcine est une infection virale hautement contagieuse des porcs due à un orthomyxovirus: Le virus influenza porcin (SIV), avec le type : A et souvent le sous-type H1N1 ou H3N2. Les virus de la grippe humaine et celui du porc ont une origine commune, et des échanges entre les deux espèces s’effectuent régulièrement. La directrice générale de l'OMS dit que: "le virus a un potentiel pandémique! et la situation est imprévisible!". La nouvelle mutation donne au virus de la grippe porcine le pouvoir virulent homme-homme. Un éventuelle vaccin est possible dans les prochains jours.

Les articles qui figurent dans ce blog son écris par moi-même. «Copier-Coller» le contenu de ce blog sur autres sites internet sans mon consentement est un vol! vendredi 7 janvier 2000

LE SYNDROME NEPHROTIQUE

Liens sponsorisés

LE SYNDROME NÉPHROTIQUE

I-DÉFINITION : Le syndrome néphrotique est un syndrome glomérulaire(néphrétique) défini par une protéinurie ( ≥ 3 g/l) avec hypoprotidémie (<>

II-PHYSIOPATHOLOGIE : ™ Mécanisme: La fuite protéique est due à une anomalie de la membrane glomérulaire qui peut être

  1. Soit d'un remaniement anatomique de cette barrière (inflammation, dépôts de complexes immuns, vascularite, etc.)

  2. Soit d'une perte de l'électronégativité de cette membrane de filtration.
    ™ ConséquencesAnomalie de la membrane de filtration glomérulaire
    -> Protéinurie massive ->  Hypoprotidémie -> Diminution de la pression oncotique -> Œdèmes + Hypovolémie -> (Activation du SRAA + IRC fonctionnelle + Hémoconcentration)

III-DIAGNOSTIC CLINIQUE : 1-Œdème de type rénal +++ (blanc, mou, mobile, déclive, indolore et godet +.) 2-Oligurie ++

NB: L'œdème peut est diffus et généralisé, touchant les séreuses, c'est l'anasarque.

IV-DIAGNOSTIC PARACLINIQUE : A-BIOCHIMIE: ™ Urinaire:

  1. Dosage de la protéinurie: Révèle une protéinurie > 3 g/l.

  2. Electrophorèse des protéines urinaires: Révèle le caractère sélectif (albumine)ou non-sélectif.

  3. Examen des ruines: Révèle une lipurie avec présence de corps biréfringents(cristaux lipidiques.)

  4. Ionogramme urinaire: Révèle une natriurèse basse.

  5. Bilan azoté urinaire (urée/créatinine/acide urique): Normal ou bas en cas d'IR.
     Sanguine:

  1. Dosage de la protidémie: Révèle une hypoprotidémie <>

  2. Electrophorèse des protéines sanguines: Conforme l'hypoprotidémie et l'hypoalbuminémie et révèle parfois une hypo-γ.

  3. Dosage des lipides: Révèle une hyperlipidémie

  4. Ionogramme sanguin: Révèle une hypocalcémie.

  5. Bilan azoté sanguin: Normal ou élevé en cas d'IR.

  6. VS: Généralement accélérée. 7. FNS: Normal ou révèle une anémie inflammatoire. NB: Le bilan est complété en fonction des étiologies suspectées.

V-CLASSIFICATION :

Critère1- Hématurie2- HTA3- IRC4- Protéinurie5- Complément6- Ag HBS
SN pursélectiveN
SN impur+++Non-sélectivebas+

La présence d'un seul critère suffit pour affirmé l'impureté du syndrome néphrotique.

VI-DIAGNOSTIC ÉTIOLOGIQUE : 1-LA NÉPHROSE LIPOÏDIQUE: Essentiellement chez l'enfant. 2-LES GLOMÉRULONÉPHRITES:

  1. GNA (surtout post-streptococcique)

  2. GN infectieuse (virale"HBS", parasitaire "paludisme" et bactérienne "endocardite de Lohlein")

  3. GNC. 3-L'INTOXICATION AUX MÉTAUX LOURDS: Notamment le cuivre, le plomb et l'or. 4-LES MALADIES MÉTABOLIQUES: Notamment le diabète sucré polycompliqué ou syndrome de Kimmelstiel Wilson (associe

diabète sucré + IRC + HTA.)
5-L'AMYLOSE: Comprend tous les processus inflammatoires chroniques, notamment la tuberculose.
6-LES MALADIES DU SYSTÈME ou collagénoses: Inclus surtout le LED et la sclérodermie.
7-LES MALADIES HÉMATOLOGIQUES: Surtout la maladie de Kahler et les leucémies.
8-LE SYNDROME PARANÉOPLASIQUE.
9-LA TOXÉMIE GRAVIDIQUE: Chez la ♀ enceinte.

VII-DIAGNOSTIC DIFFÉRENTIEL : 1) Les autres causes d'œdème rénal: Notamment la cirrhose et la diarrhée chronique. 2) Les causes d'œdème cardiaque: Notamment le cœur pulmonaire chronique et la péricardite constrictive.

VIII-ÉVOLUTION – COMPLICATIONS : L'évolution en dehors du traitement est défavorable, émaillée de complications et se fait vers l'IRC. Elle est fonction de l'étiologie et de l'utilisation des corticoïdes ou des immunosuppresseurs (en tenant compte de la pureté et de

l'étiologie du SN.) Les complications sont de type

1-Infections: En rapport avec l'hypo-γ-globulinémie (par fuite et défaut de synthèse), l'état de dénutrition et le traitement (corticoïde ou immunosuppresseur) Toutes les infections peuvent survenir, soit à germe banal (infection urinaire, pneumopathie, otite, septicémie) ou spécifique (tuberculose.)

2-Dénutrition: En rapport avec la fuite protéique chronique et aggravé par le mauvais état général et les condition sociales (asthénie, amyotrophie, anémie carentielle, troubles trophique de type chute de pilosité, angles striés cassants, peau fine, sèche et squameuse.) 3-Thrombose: En rapport avec l'hyperviscosité sanguine et aggravée par l'alitement (thrombophlébite, surtout des membres

inférieurs) avec risque d'embolisation (intérêt d'un ECG de référence.)
4-Collapsus: En rapport avec l'hypovolémie et pouvant être aggravé par les diurétiques de type Furosémide.
5-IRC fonctionnelle: En rapport avec l'hypovolémie. Elle survient à ± long terme.
6-Crises abdominales fonctionnelles péri-ombilicales.

IX- TRAITEMENT : A-Traitement étiologique

D'intérêt capital si possible.

B-Traitement symptomatique

n Repos (diminue la protéinurie.)

o Régime sans sel (hyperaldostéronisme.)
p Régime hyperprotidique (le double de la ration normale.)
q Diurétiques antagonistes de l'aldostérone, type Aldactone en l'absence d'IRC (le furosémide est contre-indiqué.)
r Perfusion d'albumine.
NB: Si la protéinurie est massive, la perfusion d'albumine sera insuffisante.

En cas d'IRC, l'apport protidique est diminué. s Antibiothérapie, non-systématique, en cas d'infection et en fonction du germe causal. t Anticoagulants, type Héparine, non-systématiques mais les antiagrégants plaquettaires type Aspirine® peuvent être utilisés. u Corticothérapie

Indications:

1Syndrome néphrotique pur de cause inconnue.
Schéma:

-Eliminer les contre-indications.

-1 à 2 mg/kg/jr en 1 prise le matin à jeun, en cure de 8 semaines en moyenne puis diminuer les doses par pallier.

- Adjuvant de la corticothérapie avec régime riche en K et pansement gastrique. 
Surveillance:

1. Protéinurie. 2. Complications liées à la corticothérapie.

Résultats:
1-On parle de rémission incomplète s'il persiste une protéinurie résiduelle (200 à 500 mg/24hrs)
2-On parle de rémission complète si la protéinurie disparaît complètement.
3-On parle de guérison après 2 ans de rémission complète (en dehors du traitement.)
4-On parle de rechute si la protéinurie réapparaît pendant la rémission.
5-On parle de récidive si la protéinurie réapparaît après guérison.
6-Si la protéinurie réapparaît lors de la diminution des corticoïdes, il faut refaire la cure.
7-On parle de cortico-dépendance si la protéinurie reprend même après 4 cures.
8-On parle de cortico-résistance si la protéinurie persiste malgré une corticothérapie adaptée et prolongée. Les immunosuppresseurs peuvent alors être utilisés.

0 comments :

Laisser un commentaire

Vous aimez, vous n'aimez pas ! Votre avis? Un point de vu? Une correction ou un ajout. Une contribution ou une proposition.. Vous êtes les bienvenus à vous exprimer librement. Vous avez à votre portée des simleys ;) Pour revenir à la page principale: cliquez ici: http://mehdi-mehdy.blogspot.com

Blog Du Chalet ;-) Headlines !

Blog Du Chalet & Des Chalistes ;-)

Derniers Commentaires