Pages

Bienvenue au Blog du Chalet - Espace des étudiants en médecine -
News Algerie-Chalet: Juillet: Changement de la date du week-end en Algérie du Jeudi-Vendredi au Vendredi-Samedi prévu à partir du 14 août prochain. (18 Mai): Les programmes des contrôles vient d’être établie pour la 4eme année de la faculté de médecine de Constantine, qui va faire : un control de Neuro le 18 juin, un contrôle de Pneumo le 28 juin, et un contrôle d’Infectieux le 4 juillet. | La grève des hospitalo-universitaires s'est soldée ce 16 mai officiellement après un accord avec le 1er ministre Ahmed Ouyahia. le déroulement des contrôles est en cours d'études mais en aucun cas l'année ne sera prolongée comme annoncée ces derniers jours. (Debut Mai): Des rumeurs circulent que la grève des facultés de médecine en Algérie qui dure depuis avril, et qui consiste à ne pas faire les contrôles et les examens va être terminée le 17 mai 2009 prochain. (Avril): La grève sur les contrôles continue jusqu'au 13 Mai 2009 avant qu'ils ne prennent une nouvelle décision. (Mars): C'est le début des vacances du printemps et exactement le 21 mars. On dirait que tout est bien calculé. A noter une grève ambigüe le 21-22-23 mars aux hôpitaux qui risque de se renouveler chaque 3 premiers jours des semaines prochaines et qui concernera que les examens et non pas les études. (Fevrier): Tout à l'air de bien marcher, surtout apres avoir passé plusieurs examens et l'annualtion de la greve presumée.(Decembre): Apres les vancances du Aid Al-Adha qui ont pris une semaine, voilà une greve des medecins universitaires qui va prolonger l'incativité d'une autre semaine, jusqu'aux vacances d'hivers! (Novembre): Lors du dernier concours de résidanat et les examens des autres années, la direction a utilisé un appareil de brouillage du champ des téléphones portables.
Medecine News: (Octobre 2011): L'Afssaps révise la balance risque-bénéfice des médicaments de la famille du métoclopramide; Désormais: L'usage du Primpéran est déconseillé chez les moins de 18 ans. (Octobre 2010): Google surveille la progression de la « grippe A » par la mesure de la tendance des recherches effectuer sur son moteur de recherche ; selon Google, plus les gens sont malades, plus ils cherchent à s'informer sur le WEB, et ce, en utilisant des mots-clés bien spécifiques, le résultat de surveillance de la grippe chez Google est disponible sur cette adresse: http://www.google.org/flutrends/intl/fr/. (25 juin 2009): L’Agence européenne du médicament (EMEA), a décidé que L’opiacé dextropropoxyphène (DXP), retrouvé dans le médicament Di-Antalvic ® en association avec le paracétamol pour le traitement symptomatique des affections douloureuses d'intensité modérée à intense, sera bientôt interdit et progressivement retiré du marché européen! Et pour cause sa haute toxicité. En effet la dose thérapeutique est très proche de la dose toxique ce qui a engendré beaucoup d’accidents mortels et de suicides. (11 juin 2009): L’OMS déclare la grippe A(H1N1) ou anciennement "grippe porcine" comme une pandémie! c'est le niveau 6 maximal. (Avril): l'OMS déclare l'urgence devant la multiplication des cas de grippe procine au Mexique qui a était ravagé: 20 personnes sont déjà mortes et prés de 1000 personnes sont sous la surveillance. Plusieurs cas suspects se multiplient aussi au canada, aux USA, et en Europe qui ont d'ailleurs déclaré l'alerte. La grippe porcine est une infection virale hautement contagieuse des porcs due à un orthomyxovirus: Le virus influenza porcin (SIV), avec le type : A et souvent le sous-type H1N1 ou H3N2. Les virus de la grippe humaine et celui du porc ont une origine commune, et des échanges entre les deux espèces s’effectuent régulièrement. La directrice générale de l'OMS dit que: "le virus a un potentiel pandémique! et la situation est imprévisible!". La nouvelle mutation donne au virus de la grippe porcine le pouvoir virulent homme-homme. Un éventuelle vaccin est possible dans les prochains jours.

Les articles qui figurent dans ce blog son écris par moi-même. «Copier-Coller» le contenu de ce blog sur autres sites internet sans mon consentement est un vol! jeudi 6 janvier 2000

LA CHOLECYSTITE AIGUE

Liens sponsorisés

LA CHOLECYSTITE AIGUË

I-DEFINITION : La cholécystite aiguë "Ch.A" est l'inflammation aiguë de la vésicule biliaire. Elle se traduit anatomiquement par un épaississement de la paroi vésiculaire avec infection de la bile. Elle se traduit cliniquement par un syndrome douloureux fébrile de l'HCD. Elle constitue une urgence médico-chirurgicale dont le diagnostic et le traitement doivent être précoces.

II-PHYSIOPATHOLOGIE :

  • La Ch.A est secondaire à la présence d'une lithiase vésiculaire. Quelle que soit la taille du calcul, il en résulte un obstacle à l'écoulement de la bile par enclavement du calcul dans le canal cystique entraînant une stase avec pullulation bactérienne

  • L'infection vient se surajouter à une atteinte traumatique (altération muqueuse due au calcul), vasculaire o
    enzymatique. 

NB: Il existe des Ch.A sans lithiase. Les germes en cause sont des Gram – (E. coli, Klebsiella, Proteus, etc.) des Gram + et parfois des anaérobies.

III-ANATOMIE PATHOLOGIQUE :

A. La cholécystite aiguë catarrhale ou hydrocholécyste: 
™ 
La vésicule est augmentée de volume et rouge. 
™ La paroi est œdémaciée, épaissie et congestive. 
™ Le contenu est fait de bile normale ou blanchâtre, aseptique avec un ou plusieurs calculs dont l'un est souvent 

enclavé dans le défilé infundibulo-cystique.

B. La cholécystite aiguë suppurée ou empyème vésiculaire oupyocholécyste: 
™ 
La vésicule est augmentée de volume réalisant l'aspect en aubergine. 
™ La paroi présente des micro-abcès pariétaux. 
™ Le contenu est louche purulent 

C. La cholécystite aiguë gangreneuse: 
™ 
La paroi vésiculaire est marbrée avec quelques plaques sphacélées verdâtres ou brunâtres. 
™ Le contenue est toujours purulent. 
™ L'évolution se fait vers la perforation. 

D. La cholécystite chronique: 
™ 
La vésicule a l'aspect d'une figue sèche. 
™ La paroi est atrophiée, entourée d'une sclérose cicatricielle importante avec diminution de la lumière vésiculaire. 
™ Le contenu est essentiellement lithiasique. 

IV-DIAGNOSTIC CLINIQUE D'UNE CHOLECYSTITE AIGUË LITHIASIQUE :

Il s'agit généralement d'une femme, obèse, à la 50aine, emmenée en urgence poursyndrome abdominale aigu douloureux et fébrile de l'hypochondre droit. Signes fonctionnels sont à début brutal, avec

1. Colique hépatique

  • Vive. • Prédominant au niveau de l'HCD.

  • Survenant 3 à 4H après un repas gras.

  • Immobilisant le malade et entraînant un blocage respiratoire.

  • Irradiation scapulaire droite ou dorsale.

  1. Nausées – vomissements alimentaires puis bilieux.

  2. Arrêt +/- net du transit.

  3. Syndrome infectieux avec

• Fièvre à 39-40° • Sueurs et frissons. • Tachycardie. • Langue saburrale.L'interrogatoire recherche les antécédents évocateurs d'une lithiase

o Echographie antérieure. oNotion de colique hépatique répétée.

Signes physiques

1-Signe de Murphy, douleur vive au point vésiculaire à la palpation de l'HCD, inhibant l'inspiration profonde. 
2-Défense de l'HCD, laissant libre le reste de l'abdomen. 
3-Parfois, la palpation douce permet de percevoir une grosse vésicule très douloureuse. 
4-Le TR ne retrouve aucune douleur. 

V-DIAGNOSTIC PARACLINIQUE :

Radiologie

A. ASP: Systématique pour éliminer une perforation d'un organe creux (pneumopéritoine.) Elle peut montrer

  1. Un iléus réflexe avec aéroiléie ou aérocolie, témoignant d'un processus inflammatoire en regard.

  2. Une aérobilie témoignant d'une fistule bilio-digestive.

  3. Des opacités calciques dans l'aire vésiculaire.

B. Echographie abdominale: Examen clé. Elle précise l'état du foie et de la VBP et révèle des signes pathognomoniques 1-Le Murphy échographique ou sensibilité élective de la vésicule au passage de la sonde sur l'HCD. 2-Un épaississement de la paroi vésiculaire (sup à 3 mm.) 3-La présence de calculs (image hyperéchogène avec cône d'ombre postérieur.) immobile, de siège infundibulo

cystique le plus souvent.

4-Présence de liquide échogène dans la vésicule (pus, boue ou Sludge.)

C. Radiographie pulmonaire: Vérifie l'absence d'infections de la base pulmonaire droite ou une pathologie pleurale.

Biologie

A-FNS: Montre une hyperleucocytose. 
B-Bilan hépatique: Révèle l'absence de choléstase (absence de retentissement sur la VBP.) Parfois, une légère 
augmentation des Transaminases (par proximité de l'inflammation.) 
C-Hémocultures: doivent être faites dès que possible, avant la mise en route de l'antibiothérapie. 

VI-EVOLUTION – COMPLICATIONS : Sous traitement médical, l'évolution est le plus souvent favorable, avec disparition des douleurs, apyrexie et diminution de la Leucocytose, permettant d'intervenir en semi-urgence sur un malade bien préparé. Cependant, la survenue de complications est imprévisible

A. Complications péritonéales:

1. Péritonite biliaire généralisée: Elle est due à la perforation vésiculaire ou à la diffusion de la bile stérile, c'est le 
cholépéritoine. Elle se traduit par 

  • Douleurs en coups de poignard dans l'HCD. • Fièvre à 40°

  • Contracture abdominale d'abord dans l'HCD, puis généralisée.

  • AEG. • Etat de choc et tendance au collapsus.

  • TR très douloureux.

2. Péritonite biliaire localisée: Tous les signes s'accentuent, mais localement. Parfois, il y a apparition d'une 
tuméfaction douloureuse, mal limitée, sous-costale droite avec empattement de l'HCD, réalisant le plastron vésiculaire 
qui, non-traité, évolue vers l'abcédation ou la péritonite en 2 ou en 3 temps.

B. Fistules biliaires internes: Peu fréquentes, elles se développent chez le sujet âgé dans les suites d'une Ch.A avec 
souvent une phase d'abcédation intermédiaire. 
1-Fistule bilio-biliaire: Se fait entre la région infundibulo-cystique et l'hépato-cholédoque. Elle est responsable 

d'angiocholite à répétition. 2-Fistule bilio-digestive: Parfois cholécysto-coliqueavec passage du contenu colique dans la VBP, à l'origine d'angiocholite, de diarrhées et parfois d'hémorragies digestives. Le plus souvent cholécysto-duodénale avec issue du calcul dans le duodénum. Ce calcul peut

  • Migrer en aval, obstruer la lumière du grêle et être à l'origine d'un iléus biliaire, cause rare d'occlusion intestinale aiguë dont le diagnostic repose sur

  • Des arguments anamnéstiques avec une histoire stéréotypée en 3 temps; long passé lithiasique, crise récente de cholécystite puis installation de l'occlusion actuelle.

  • Des arguments radiologiques avec à l'ASP des niveaux hydro-aériques du grêle et une aérobilie pathognomonique et à l'opacification aux hydrosolubles un trajet fistuleux réalisant l'image de serpent à tête claire.

  • Migrer en amont, à contre courant, obstruer le pylore et être à l'origine d'une sténose pylorique d'origine biliaire ou "syndrome de Bouveret".

VII-FORMES CLINIQUES :

A. Formes graves d'emblée:

  1. Cholécystite aiguë gangreneuse: Due à des germes agressifs (anaérobies) elle est fréquente chez le diabétique et se caractérise par le contraste entre la gravité de l'AEG et de l'état de choc et la pauvreté de signes cliniques

  2. Cholécysto-pancréatite: Réalise un tableau clinique associant les signes de cholécystite et de pancréatite aiguës.

3. Cholécystite aiguë ictérique: L'ictère témoigne soit de

  • Une migration calculeuse dans la VBP par le canal cystique ou par fistule bilio-biliaire.

  • Une lithiase cholédocienne associée.

  • Une compression extrinsèque de la VBP par un calcul enclavé dans l'infundibulum ou "syndrome de Mirizzi".

  • Une gangue inflammatoire péri-vésiculaire ou pédiculite.

4. Cholécystite aiguë occlusive: elle réalise le tableau clinique d'une occlusion fébrile du grêle, due à un iléus réflexe au contact d'un foyer infectieux. Cette forme est fréquente chez le sujet âgé.

B. Formes étiologiques: 
1-Cholécystite aiguë lithiasique (90% des cas.) 
2-Cholécystite aiguë alithiasique: 2 catégories 

Cholécystite aiguë alithiasique post-agressive: Atteint le malade stressé, post-opératoire, post-traumatique, post-partum, les grands brûlés et les malades en réanimation. ™ Cholécystite aiguë alithiasique primitive: C'est la cholécystite typhique, tuberculeuse, parasitaire (cryptosporidiose dans les infections à VIH.)

VIII-DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL : 9 Ulcère bulbaire perforé bouché. 9 KHF infecté. 9 Pancréatite aiguë en poussée. 9 Pyélonéphrite ou pyonéphrose droite. 9 Appendicite aiguë sous-hépatique. 9 Affections inflammatoires de la base du poumon droit.

IX- TRAITEMENT :

A. Traitement médical

¾ Poche de glace sur le ventre. ¾ Antibiotiques à élimination biliaire.
¾ Antalgiques. 

B. Traitement chirurgical (radical)

¾ Cholécystectomie (ablation de la vésicule biliaire.) à ventre ouvert ou sous cœlioscopie. 
¾ Vérification de l'intégrité et de la vacuité de la VBP (CPRE) 


0 comments :

Laisser un commentaire

Vous aimez, vous n'aimez pas ! Votre avis? Un point de vu? Une correction ou un ajout. Une contribution ou une proposition.. Vous êtes les bienvenus à vous exprimer librement. Vous avez à votre portée des simleys ;) Pour revenir à la page principale: cliquez ici: http://mehdi-mehdy.blogspot.com

Blog Du Chalet ;-) Headlines !

Blog Du Chalet & Des Chalistes ;-)

Derniers Commentaires